DEUXIEME PHASE DE FORMATION DES ENSEIGNANTS DU SECONDAIRE 1 ET 2 SUR LES MÉTHODES ALTERNATIVES, LE GENRE TRANSFORMATEUR ET SUR LES DROITS SEXUELS DES ADOLESCENT-E-S.

Jan 3, 2021 Non classé

PAFED - TOGO

Dans les établissements du secondaire 1er et 2ème cycle, il n’est pas rare de voir les élèves subir les châtiments, corporels, les travaux forcés ou autres, en guise de punition pour une faute commise, punitions qui ne sont d’ailleurs aucunement liées à la faute commise.

En outre les violences de genre souvent basées sur des considération sexistes, discriminatoires et préjudiciables aux jeunes filles sont légion avec pour corollaire le renforcement du clivage entre filles et garçons sur plusieurs plans.

Ayant pris conscience de la nécessité d’agir pour éliminer les violences, quelles qu’elles soient, en milieu scolaire et dans les communautés, l’ONG PAFED a organisé, en collaboration avec la DRE Centrale, l’Inspection des Enseignements du Secondaire Général de Sokodé et Plan International Togo, 8 sessions de formation à l’intention des enseignants du secondaire 1er  et 2ème cycle sur les méthodes alternatives, le genre transformateur et sur les droits sexuels des adolescent-e-s dans les préfectures de Tchaoudjo et de Tchamba. Au total 238 enseignants dont 16 femmes venus de 25 collèges et lycées publics et confessionnels, ont été concernées par cette formation (à raison de 11 à Tchamba et 14 à Tchaoudjo).

À Tchaoudjo, 147 enseignants dont 14 femmes ont été formés tandis qu’à Tchamba, ils étaient 91 (2 femmes).

Cette formation avait pour objectif de renforcer les capacités des enseignants des collèges et lycées sur les méthodes alternatives, le genre transformateur et sur les droits sexuels des adolescent-e-s.

Engagée aux côtés de l’ONG PAFED et de Plan International Togo pour la même cause, le directeur régional de l’éducation représenté par le chef division des affaires de scolarité, a tenu à marquer solennellement le démarrage des sessions de formation en procédant à une ouverture officielle au CEG Bariki.

Pendant 2 jours les enseignants du secondaire, ont été outillés sur le cadre juridique, réglementaires et institutionnels tant du niveau international, régional que national relatifs à la protection des enfants, l’importance d’une éducation sensible au genre, participative et non violente, le genre transformateur, les violences basées sur le genre et les droits sexuels et reproductifs des enfants et jeunes.

Il a été surtout question de comprendre et d’échanger sur les méthodes alternatives aux punitions violentes infligées aux élèves, méthodes qui sont un gage d’une discipline positive sur les lieux d’apprentissage. Il est à préciser que ce renforcement des capacités aura pour suite, l’élaboration des Codes de Disciplines Positives (CDP) dans les établissements respectifs des participants.

Par pafed

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *